Sujets-libres.fr

Informatique, logiciels libres, internet, humeurs et… le reste !

Pourquoi je n'aime pas Windows

Rédigé par -Fred- Aucun commentaire

Ça fait des années que je travail sous GNU/Linux à titre perso et beaucoup sous Windows à titre pro. Il n'y a qu'une machine sous Windows 10 chez moi mais ce n'est pas la mienne donc finalement, je ne l'utilise que très peu. A travers ce billet, plutôt que de chercher à convaincre qui que ce soit d'utiliser un système libre, je voudrais expliquer pourquoi je n'aime l'environnement Windows en général (le mot "environnement" est à prendre au sens large).

Avant toutes choses, je n'aime pas le "Windows Bashing", autrement dit, l'art de se foutre de la gueule de Microsoft et de Windows. Le meilleur système est celui avec lequel on se sent bien et qui répond à nos besoins. Ces besoins sont variables d'un utilisateur à l'autre. Ce billet n'a pas d'autre prétention que de donner mon point de vue, forcement subjectif. Je ne parle pas non plus ici de Windows en entreprise car la gestion des postes est différente et normalement effectuée par des personnes dont c'est le métier.

Je mets aussi le côté éthique des logiciels libres de côté dans ce billet. Il s'agit de quelque chose d'essentiel de mon point de vue (et qui surpasse de loin le pur aspect technique) mais certains y sont sensibles tandis que d'autres non. Cela relève donc plus d'un choix personnel (ou d'un non choix, souvent). Je me concentrerai ici sur des points qui ne sont pas d'ordre éthique et qui peuvent agacer n'importe qui, libriste ou non...

Ceci étant dit, entrons dans le vif du sujet. Je n'aime pas Windows et pourtant, je suis bienveillant (enfin, j'essaye de l'être autant que possible). Les années passent, les systèmes se succèdent et à chaque fois je me dis que mon avis valait pour les anciennes versions et que maintenant c'est top mieux. Oui mais non car il y a des aspects qui ne changent pas !

Ce système me fait peur

Je m'explique : par défaut tous les utilisateurs que je connais sont admin de leur machine en permanence (ce qui n'est pas le cas en entreprise normalement). Les bonnes pratiques valent dans un monde parfait mais dans la pratique, c'est ce qui est le plus simple qui l'emporte toujours. Les utilisateurs, s'ils veulent installer quelque chose, le font sans se soucier des risques et en validant facilement les avertissements du système. Si un boîte de dialogue s'ouvre inopinément, ils sont nombreux à cliquer sur OK pour la faire disparaître plus que pour valider un choix. Les actions potentiellement dangereuses pour le système entier sont à la portée de quelques clics et donc, souvent sans mot de passe.

Il me fait peur aussi parce que le risque d'installer des saletés est énorme. En fait, c'est la jungle d'autant que les pièges sont partout. Prenez les sites de téléchargement de logiciel bien connus. Vous recherchez un logiciel dans un moteur de recherche et ce sont ces sites là qui remontent souvent en premier. Le site de l'éditeur est probablement sur la même page mais ce n'est pas forcement systématique. Passer par des sites comme 01net.com ou autres est une pratique dangereuse et tout le monde n'en a pas conscience. Même lorsqu'il s'agit du site d'un éditeur, il faut avoir confiance. Cela est parfois compliqué lorsque l'on ne connaît pas l'éditeur.

Les mises à jour sont un plaie

Qu'on s'entende bien : il FAUT garder sa machine à jour autant que possible. Tous les utilisateurs ne le font pas régulièrement mais c'est un autre problème. Ce que je n'aime pas dans les mises à jour Windows, c'est qu'elles sont atrocement longues. On voit qu'on attend, qu'un téléchargement est éventuellement commencé et puis c'est tout, il ne se passe rien d'autre. Il arrive d'ailleurs de temps à autre qu'une fois le poste mis à jour, de nouvelles mises à jour soient proposées immédiatement et que l'on reparte pour un tour. Enfin immédiatement... c'est sans compter la phase de redémarrage interminable et obligatoire qui suit la dernière mise à jour fraîchement installée. On sait quand ça commence, c'est tout...

L'analyse des défaillances

Là, je suis probablement victime d'un biais énorme car étant utilisateur de GNU/Linux, je suis habitué à avoir une système où tous les outils permettant l'analyse sont soit installés par défaut, soit dans les dépôts. Donc, quand j'ai la chance d'avoir une machine sous Windows entre les mains, ça me fait tout drôle. Il n'est pas rare que sur les forums d'(entr)aide, les plus expérimentés demandent les rapports d'analyses réalisés par des logiciels tiers. Alors oui, ça peut souvent permettre de débloquer des situations ou de poser des diagnostiques mais je reste mal à l'aise par cette approche car ça implique une nouvelle fois d'installer des logiciels dont l'origine n'est pas forcement sûre.

Obsolescence matérielle à cause du logiciel

C'est bien de pouvoir garder un matériel le plus longtemps possible. Or force est de constater que bien souvent l'absence de mises à jour logicielles, voir l'incompatibilité des nouvelles versions logicielles avec des vieux matériels, qui rend le matériel lui même obsolète alors qu'il ne présente pas de disfonctionnalités particulières. C'est particulièrement vrai pour les tablettes et les smartphones mais dans une certaine mesure, ça vaut aussi pour les machines sous Windows, d'autant qu'elles représentent l'essentiel du parc informatique PC chez les particuliers encore aujourd'hui.

Il m'arrive de temps à autre de croiser des machines sous windows XP en parfait état de marche en dehors du fait qu'elles ne sont plus à jour depuis des années. Ce type de machine ne devrait à minima plus être connecté à internet en l'état. Elles sont juste inutilisables au quotidien.

Je n'arrive pas à m'amuser sous Windows

C'est à la fois le plus subjectif et le plus important (dans le périmètre que je me fixe ici). Pourtant, j'ai essayé, pendant des années, mais il me manque quelque chose sous Windows. Même aujourd'hui, j'ai beau mieux connaître cet environnement qu'à mes débuts, je ne trouve toujours pas fun de travailler avec.

Conclusion

Ce n'est pas demain la veille que j'installerai un de ces OS de mon plein gré sur une machine perso. Je suis persuadé que les points que j'évoque resteront valables durant de nombreuses années encore.

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot pgycx ?

Fil RSS des commentaires de cet article