Sujets-libres.fr

Informatique, logiciels libres, internet, humeurs et… le reste !

L'enjeu derrière nos usages numériques

Rédigé par -Fred- 1 commentaire

J'ai eu récemment la chance de pouvoir faire une présentation de GNU/Linux à quelques personnes d'horizons variés et aux motivations diverses. J'avais bien entendu préparé mon intervention et j'avais prévu de pouvoir faire le grand écart afin de répondre à un éventail assez large de questions. En effet, je ne savais pas à l'avance qui j'aurais en face de moi.

La présentation s'est plutôt bien déroulée malgré un petit couac lorsque j'ai voulu présenter l'installation d'un système dans une machine virtuelle (l'effet Bonaldi, pour ceux qui se souviennent :p ). J'avais en outre prévu une petite présentation de l'historique ayant amené à la situation actuelle dans le logiciel libre en général, un focus sur ce qu'est une distribution GNU/Linux, un moment pour discuter de GNU/Linux au quotidien et un autre pour parler de quelques idées reçues.

Chose intéressante, et dont je veux parler dans ce billet, les interrogations de l'une des personnes venue assister à cette présentation. Il s'agissait d'un utilisateur Windows n'ayant pas apprécié la mise à jour quasi forcée vers Windows 10 et le côté intrusif de ce système, donc pas quelqu'un de spécialement technique à la base mais plutôt un utilisateur normal quoi. Un ami à cette personne lui avait conseillé d'installer (GNU/)Linux à la place parce que ce système protège la vie privée et qu'il ne décide pas tout seul de ce qui est bien pour vous.

En passant, j'étais un peu gêné car le système d'exploitation quel qu'il soit est capable de plein de choses, c'est sûr, mais il n'a pas directement vocation à protéger la vie privée de ses utilisateurs. Bon, dans le cas de Windows, la tendance va plutôt dans le sens opposé mais pour en revenir à GNU/Linux, même si cet environnement n'est pas curieux de nature concernant vos données, ce n'est qu'un outil. C'est votre usage de l'outil qui est le plus important là dedans.

L'idée que j'ai essayé de faire passer lors de cette présentation, c'est que l'enjeu important derrière nos usages numériques, c'est la confiance que l'on porte dans les systèmes que l'on utilise. Le mot "Confiance" est vraiment central. En fait, et c'est là ou je veux en venir, c'est qu'en fonction des outils qu'on utilise et des usages que l'on en a, on va tous consciemment ou non définir notre zone de confiance propre. Dans cette zone, on peut s'exprimer librement, expérimenter, penser quelque chose puis se dire que non, c'était une bonne grosse idée de merde, on peut avoir une certaine intimité, de la même manière que dans la vie réelle. Hors de cette zone, il y a tout ce qui est potentiellement public et que l'on peut donc vous reprocher ensuite. Par défaut, vous vous modérez, vous êtes prudent et vous montrez peut être même une nouvelle personne au monde qui vous entoure. Un être humain normal a besoin de ces deux zones.

Partant de là, la limite de la zone de confiance de l'utilisateur dont je parlais plus haut se situe à peu près entre ses mains et son clavier. C'est en tout cas se qui se passe à mon sens quand on ne peux pas faire confiance à sa propre machine car elle ne joue pas avec vous mais pour un autre. Comme dans la vraie vie, il me semble dangereux de ne plus avoir d'espace où avoir une vraie intimité. Une zone où cacher toutes ces choses auxquels on ne pense plus quand on prétend ne rien avoir à cacher par exemple. Agrandir et préserver cette zone demande de nombreux efforts mais c'est important et nécessaire. Tous ceux qui se cassent un peu la tête pour utiliser ou faire du logiciel libre, pour s'auto-héberger ou pour avoir un regard critique sur leurs pratiques en ligne ont probablement, consciemment ou pas, déjà fait ce constat bien avant moi.

Mon système d'exploitation est assertif

Rédigé par -Fred- 1 commentaire

Pourquoi ce billet ?

J'utilise un système d'exploitation (SE) sur lequel je suis à l'aise depuis un certain temps. Ce billet n'a pas pour but de mettre en avant les avantages ou inconvénients du système que j'utilise mais plutôt de décrire pour quelle raisons il me convient. Pour ceux qui veulent à tout pris savoir sans chercher plus loin sur ce blog, sachez que j'utilise Debian. Encore une fois, mon propos n'est pas de dire que le système que j'ai choisi est le système ultime, sorte de saint graal des OS.

Je ne me place pas dans un plan technique. Pour cela, j'ai essayé de faire le parallèle avec quatre modes de communication usuels (comprendre, ceux utilisables entre deux personnes par exemple). Ces modes sont, la passivité, la tromperie, l'agressivité et l'assertivité. Parmi ces quatre là, un seul permet de travailler efficacement avec une autres personne. Dans la mesure où le comportement d'un système d'exploitation n'est que le reflet de ce qu'on voulu ses concepteurs, l'approche ne me semble pas déconnante. Vu le titre du billet, vous devez déjà voir quel mode est efficace :p .

Quelques définitions

Pour être certain de parler de la même chose, le plus simple est déjà de définir les termes employés.

  • Passivité : subir ce qui se passe autour de soit.
  • Tromperie : induire volontairement l'autre en erreur.
  • Agressivité : imposer un rapport de force violent à son interlocuteur.
  • Assertivité : [...] faire passer un message difficile sans passivité mais aussi sans agressivité. (reprise de la définition Wikipedia)

Faire le lien avec un système d'exploitation

Les modes de passivité, de tromperie et d'agressivité rendent les situations plus complexes car justement, ces modes ajoutent des entraves supplémentaires, artificielles si j'ose dire, sur le chemin menant à la résolution des problèmes. Étonnamment, de nombreux systèmes d'exploitation très populaires fonctionnent de la sorte.

Lorsque Microsoft pousse quasiment de force la mise à jour gratuite vers Windows 10, je trouve que la manière est extrêmement agressive. A chaque fois qu'un utilisateur m'a parlé de cette mise à jour, ça a juste été pour me dire que le système ne lui avait pas laissé le choix et qu'il s'était retrouvé du jour au lendemain avec un nouveau système d'exploitation, auquel au passage il ne comprenait plus rien. On pourra dire ce qu'on veut mais un tel procédé ne respecte pas la volonté de l'utilisateur. Empêcher la mise à jour n'est pas forcement évident et le retour arrière l'est encore moins.

L'utilisateur est progressivement amené à être passif vis à vis de son système, y compris lorsque le système influe sur des paramètres touchant aux données personnelles par exemple. Windows 10, encore une fois, s'installe par défaut avec des réglages nuisibles de ce point de vue. Je pourrais aussi prendre l'exemple d'Androïd qui est extrêmement intrusif aussi. Ce qu'il y a de commun à ces systèmes, c'est qu'ils misent sur la passivité de leurs utilisateurs pour abuser d'eux.

La tromperie est aussi quelque chose d'extrêmement présent lorsque l'on a à faire à un système d'exploitation notamment. Avez vous lu les conditions d'utilisation associées ? Probablement que non et si vous l'avez fait, vous constaterez qu'elles sont à la fois dures à comprendre, longues à lire et toutes différentes. En gros, vous ne vous aventurerez à les lire peut être qu'en cas de litige et vous vous rendrez compte que vous aviez en toute bonne fois autorisé l'éditeur du système d'exploitation à faire quasiment ce que bon lui semblait. Il y a vraiment tromperie car l'acceptation de l'utilisateur (sauf à ce qu'il soit juriste) ne peut pas se faire de manière éclairée.

Je qualifie volontiers mon système d'exploitation d'assertif car justement, j'arrive à communiquer avec lui au quotidien sans entraves injustifiées ou arbitraires. Bien entendu, il arrive que de temps à autre, tout ne fonctionne pas comme je voudrais que ça fonctionne (aucun système n'est épargné). Pour autant avec mon système, je sais que je ne joue pas contre lui mais avec lui. Pour peu que j'ai au préalable pris le temps de lire la doc, je sais qu'il me donnera toutes les informations dont j'ai besoin pour réaliser telle ou telle action, résoudre tel ou tel problème (déjà, c'est documenté). Je sais aussi qu'il n'est pas piloté à distance par un autre, même si c'est pour de bonnes intentions. J'en suis l'administrateur et j'ai toute la latitude nécessaire pour faire ce que je veux dessus, y compris les pires conneries si l'envie m'en prend (dans l'absolu, j'évites quand même hein...).

Conclusion

Dans tout ça, peut être que vous regarderez votre ou vos système(s) un peu autrement. Mon plaisir à faire de l'informatique est vraiment né quand j'ai vraiment trouvé un système assertif. C'est quelque chose que je n'ai identifié que tardivement mais qui était là depuis longtemps. Ça peut sembler assez accessoire à certains mais avec le recul, je trouve que c'est au contraire quelque chose d'essentiel au quotidien.

Fil RSS des articles de ce mot clé