Sujets-libres.fr

Informatique, logiciels libres, internet, humeurs et… le reste !

Troll : c'est toujours les utilisateurs Linux qui ont des problèmes

Rédigé par -Fred- 6 commentaires

Je me suis pris récemment cette remarque de la part d'une personne : C'est toujours les utilisateurs Linux qui ont des problèmes avec ces fichiers, alors inutile de vous dire ce que je pense de Linux .... Quelques éléments de contexte viennent juste après, histoire de mieux cerner la phrase en question. J'ai d'abord voulu écrire un truc sur le coup mais j'ai préféré attendre un peu pour le faire plus posément. Ça me permet aussi d'élargir un peu ma perspective.

Sans donner trop de détails sur le contexte dans lequel on m'a fait cette remarque (ce n'est pas le propos), disons que je devais ouvrir un fichier vidéo realmedia et que je n'y parvenais pas sous ma Debian. Je me suis donc permis de signaler que le fichier présentait quelques problèmes dans le mesure où normalement, je pouvais ouvrir ce type de fichier avec mon système. Là où ça devenait rigolo, c'est que le fichier avait semble-t-il aussi posé des problèmes à d'autres utilisateurs sous Windows notamment. Pour la petite histoire, le fichier était effectivement tout pourri mais en le convertissant avec mencoder, j'ai tout de même pu le lire complètement (ce que j'avais aussi indiqué à celui qui me l'avait mis à disposition). Manifestement, les autres personnes sous Windows n'ont pas pu le lire complètement, eux...

Bref, ce qui est dur avec une telle remarque balancée comme ça, c'est qu'elle tombe comme une sentence de la part de personnes qui ont arrêté depuis longtemps de se poser des questions. Demander à tout le monde d'ouvrir un fichier à moitié corrompu et dans un format tout pourri, c'est vraiment avoir des œillères et ça montre un réel manque de capacité à se remettre en question.

Plus généralement, lorsqu'on tourne avec un système peu utilisé (en tout cas sur des postes utilisateurs), on doit régulièrement prouver que le problème lorsqu'il arrive ne vient pas de chez nous. Ensuite seulement on peut commencer à prendre l'ensemble des éléments du problème en compte. En soit, cette approche n'est pas déconnante puisque par défaut c'est bien de regarder en priorité la "brique" que l'on connaît le moins. Toutefois, il ne faut pas se tromper et être capable d'admettre que le problème peut aussi trouver son origine dans la brique la plus connue et potentiellement la plus éprouvée.

L'utilisateur GNU/Linux que je suis a donc pris l'habitude depuis longtemps de chercher et de se poser tout un tas de questions pour vérifier le bon fonctionnement de son propre système avant d'oser affirmer que le problème puisse être ailleurs. Les questions en particulier autour des formats de fichiers peuvent parfois encore être un peu pénibles de ce point de vue. Combien de fois en effet on ne se trouve pas embêté par des problèmes liés à un manque d'interopérabilité sur des formats de fichiers de traitement de texte ou entre des suites bureautiques bien connues ? La compréhension de tel ou tel comportement étrange passe par beaucoup de recherche dans la doc ou dans les discussions sur le web, par des phases d'expérimentation et de tests divers. Je ne connaît pas tout et je serai toujours loin de maîtriser à fond telle ou telle autre techno mais je pense que ma démarche est la bonne car je considère que je suis potentiellement la première source d'erreur (et ça se vérifie régulièrement).

On me fera remarquer, à juste titre, que ça demande du temps et que très franchement, la plupart des gens face à un problème ne font ou ne feront pas ça. Il y a tout un tas de bonnes raisons, respectables en plus. Mais, pour tous ceux qui sont dans ce cas là, merci de ne pas désigner de responsable comme ça, au doigt mouillé. Vous ne savez pas, même si vous en êtes intimement convaincus. Vous ne disposez d'aucun élément puisque vous ne les cherchez pas. Vous n'avez peut être même pas pensé que le problème puisse à cet instant précis être situé entre votre chaise et votre clavier. Si vraiment c'est important pour vous de trouver une solution et de comprendre ce qui se passe, il y a toujours de la doc à disposition et des gens prêt à vous aider si bien entendu vous y acceptez d'y mettre du votre. Mais autrement, ayez l'humilité de ne pas accuser quoi que se soit ou qui que se soit car en l'état ça vous dépasse.

Sinon, moi ça va... :D

Mon système d'exploitation est assertif

Rédigé par -Fred- 1 commentaire

Pourquoi ce billet ?

J'utilise un système d'exploitation (SE) sur lequel je suis à l'aise depuis un certain temps. Ce billet n'a pas pour but de mettre en avant les avantages ou inconvénients du système que j'utilise mais plutôt de décrire pour quelle raisons il me convient. Pour ceux qui veulent à tout pris savoir sans chercher plus loin sur ce blog, sachez que j'utilise Debian. Encore une fois, mon propos n'est pas de dire que le système que j'ai choisi est le système ultime, sorte de saint graal des OS.

Je ne me place pas dans un plan technique. Pour cela, j'ai essayé de faire le parallèle avec quatre modes de communication usuels (comprendre, ceux utilisables entre deux personnes par exemple). Ces modes sont, la passivité, la tromperie, l'agressivité et l'assertivité. Parmi ces quatre là, un seul permet de travailler efficacement avec une autres personne. Dans la mesure où le comportement d'un système d'exploitation n'est que le reflet de ce qu'on voulu ses concepteurs, l'approche ne me semble pas déconnante. Vu le titre du billet, vous devez déjà voir quel mode est efficace :p .

Quelques définitions

Pour être certain de parler de la même chose, le plus simple est déjà de définir les termes employés.

  • Passivité : subir ce qui se passe autour de soit.
  • Tromperie : induire volontairement l'autre en erreur.
  • Agressivité : imposer un rapport de force violent à son interlocuteur.
  • Assertivité : [...] faire passer un message difficile sans passivité mais aussi sans agressivité. (reprise de la définition Wikipedia)

Faire le lien avec un système d'exploitation

Les modes de passivité, de tromperie et d'agressivité rendent les situations plus complexes car justement, ces modes ajoutent des entraves supplémentaires, artificielles si j'ose dire, sur le chemin menant à la résolution des problèmes. Étonnamment, de nombreux systèmes d'exploitation très populaires fonctionnent de la sorte.

Lorsque Microsoft pousse quasiment de force la mise à jour gratuite vers Windows 10, je trouve que la manière est extrêmement agressive. A chaque fois qu'un utilisateur m'a parlé de cette mise à jour, ça a juste été pour me dire que le système ne lui avait pas laissé le choix et qu'il s'était retrouvé du jour au lendemain avec un nouveau système d'exploitation, auquel au passage il ne comprenait plus rien. On pourra dire ce qu'on veut mais un tel procédé ne respecte pas la volonté de l'utilisateur. Empêcher la mise à jour n'est pas forcement évident et le retour arrière l'est encore moins.

L'utilisateur est progressivement amené à être passif vis à vis de son système, y compris lorsque le système influe sur des paramètres touchant aux données personnelles par exemple. Windows 10, encore une fois, s'installe par défaut avec des réglages nuisibles de ce point de vue. Je pourrais aussi prendre l'exemple d'Androïd qui est extrêmement intrusif aussi. Ce qu'il y a de commun à ces systèmes, c'est qu'ils misent sur la passivité de leurs utilisateurs pour abuser d'eux.

La tromperie est aussi quelque chose d'extrêmement présent lorsque l'on a à faire à un système d'exploitation notamment. Avez vous lu les conditions d'utilisation associées ? Probablement que non et si vous l'avez fait, vous constaterez qu'elles sont à la fois dures à comprendre, longues à lire et toutes différentes. En gros, vous ne vous aventurerez à les lire peut être qu'en cas de litige et vous vous rendrez compte que vous aviez en toute bonne fois autorisé l'éditeur du système d'exploitation à faire quasiment ce que bon lui semblait. Il y a vraiment tromperie car l'acceptation de l'utilisateur (sauf à ce qu'il soit juriste) ne peut pas se faire de manière éclairée.

Je qualifie volontiers mon système d'exploitation d'assertif car justement, j'arrive à communiquer avec lui au quotidien sans entraves injustifiées ou arbitraires. Bien entendu, il arrive que de temps à autre, tout ne fonctionne pas comme je voudrais que ça fonctionne (aucun système n'est épargné). Pour autant avec mon système, je sais que je ne joue pas contre lui mais avec lui. Pour peu que j'ai au préalable pris le temps de lire la doc, je sais qu'il me donnera toutes les informations dont j'ai besoin pour réaliser telle ou telle action, résoudre tel ou tel problème (déjà, c'est documenté). Je sais aussi qu'il n'est pas piloté à distance par un autre, même si c'est pour de bonnes intentions. J'en suis l'administrateur et j'ai toute la latitude nécessaire pour faire ce que je veux dessus, y compris les pires conneries si l'envie m'en prend (dans l'absolu, j'évites quand même hein...).

Conclusion

Dans tout ça, peut être que vous regarderez votre ou vos système(s) un peu autrement. Mon plaisir à faire de l'informatique est vraiment né quand j'ai vraiment trouvé un système assertif. C'est quelque chose que je n'ai identifié que tardivement mais qui était là depuis longtemps. Ça peut sembler assez accessoire à certains mais avec le recul, je trouve que c'est au contraire quelque chose d'essentiel au quotidien.

Fil RSS des articles de ce mot clé