Sujets-libres.fr

Informatique, logiciels libres, internet, humeurs et… le reste !

Openmailbox modifie son offre

Rédigé par -Fred- 1 commentaire

En soit, une telle nouvelle ne m'intéresse pas car mon mail est auto-hébergé. Toutefois, nombreux sont ceux qui utilisent ce service. Nombreux sont ceux aussi à avoir été pris de cours lorsque le service a sans prévenir modifié son offre, amputant au passage l'offre gratuite de choses de base comme l'accès POP/IMAP. Certains semblent avoir du mal à digérer cela. A mon sens, ça pointe autre chose : un service mail ne peut pas à la fois être simple, gratuit, pérenne, éthique et efficace.

Les conditions générales d'utilisation ne sont jamais lues car souvent illisibles, faut bien l'avouer. Ici coup de bol, elles sont simples et claires : https://www.openmailbox.org/tos. Malheureusement, c'est pas pour ça qu'elles sont plus lues. Il existe bien une offre gratuite mais quoi qu'il arrive, OpenMailBox se décharge des conséquences des aléas techniques sur leurs utilisateurs, utilisateurs qui sont au passage seuls responsables de leurs données.

Je peux comprendre qu'une annonce aussi brutale soit (très) mal perçue mais il faut quand même remettre les choses à leur place. Un service gratuit peut s'arrêter du jour au lendemain sans préavis. C'est quasiment ce qui est arrivé là et c'est une chose à prendre en compte lorsque l'on s'inscrit. Il est de la responsabilité des utilisateurs de prendre les mesures adéquates pour faire face à ce qui peut survenir et qui est prévisible (encore une fois, c'était tout à fait prévisible à plus ou moins longue échéance). Donc la moindre des choses, c'est de sauvegarder ses données ailleurs périodiquement. La bonne pratique serait d'en conserver au moins une copie locale à jour. Cela est aussi utile en cas de problème technique indépendant de la volonté du tiers qui propose le service.

Chose amusante, car sans conséquences sur l'instant, ils sont nombreux à migrer vers un autre service gratuit. A ceux là, je tiens juste à rappeler que ça ne change rien au problème et qu'ils gardent cette épée de damoclès au dessus de la tête s'ils ne se sentent pas plus responsables de leurs données. Le prochain arrêtera peut être complètement son service sans possibilité de récupérer ses données.

Chose plus inquiétante, ceux qui se plaignent sont majoritairement des utilisateurs du service gratuit et ils se comportent comme des clients pour qui tout est dû et qui balaient leurs propres obligations d'un revers de main (envers eux même et envers le tiers qui propose le service). Je ne trouve pas ça sain comme approche. Dans les commentaires que j'ai pu lire, je vois qu'ils sont nombreux à annoncer vouloir migrer vers l'offre gratuite de net-c. Si vous vous trouvez dans ce cas là, je n'ai pas regardé dans le détail mais c'est probablement un très bon choix. Toutefois, en utilisant leur service gratuit, les conditions d'utilisation (point 12.1) stipulent par exemple et très clairement que lorsque vous accédez à leur service, vous ne devez pas bloquer leurs publicités (les CGU sont un peu plus consistantes que celles d'OpenMailBox mais elles restent lisibles, ne vous privez pas). Je serais curieux de connaître la proportion d'utilisateurs qui tiendra compte de ce genre de détail avant de souscrire... Et qu'est-ce qui empêche le service en question de bloquer l'accès à leur site pour les utilisateurs gratuits ne respectant pas cette clause ?

La magie, ça n'existe pas !

Rédigé par -Fred- Aucun commentaire

Sous ce titre énigmatique comme je les aiment se cache en fait un constat que je fais régulièrement, à savoir que dans un certain nombre de situations quotidiennes, et notamment vis à vis des outils technologiques et bien entendu informatiques, il ne s'agit pas tant de faire fonctionner tel ou tel dispositif que d'en faire l'invocation du mieux qu'on peut. Pour autant, la magie ça n'existe pas.

Prenez un enfant devant le menu d'un DVD qui s'affiche à l'écran et attendez le moment où il touchera du doigt l'écran pour voir son film. Ce n'est pas bien de se moquer des enfant et d'ailleurs, je ne le fait pas ici. Je pense seulement que ça illustre bien le niveau de réflexion que l'on a lorsqu'on met en œuvre tel ou tel système. Une espèce de formule du type, c'est comme ça que je m'imagine que ça doit marcher, c'est donc comme ça que ça marche, et peu importe que cela soit totalement illogique d'un point de vue technique.

L'adulte fonctionne exactement pareil. Dans un monde où la technique est de plus en plus complexe à apprivoiser et où il devient illusoire de comprendre de manière fine le fonctionnement de l'ensemble de nos dispositifs, on baisse globalement les bras finalement. Au lieu de chercher à comprendre au moins de manière simplifiée le fonctionnement des outils ou des procédés que l'on met en œuvre, on les prend comme des boîtes noires, des choses qui par nature n'ont pas à être comprises. Prenons par exemple un hypothétique procédé chimique permettant d'enlever instantanément du vernis à ongle, plus rapidement encore qu'avec de l'acétone (j'ai entendu ça au détour d'une conversation mais je n'ai pas poussé plus loin la vérification, d'où l'exemple hypothétique). Le premier réflexe c'est de se dire "Chouette ce truc !" mais très vite ça devrait être "Comment c'est possible ? (un procédé si efficace peut aussi avoir des effets indésirables importants)". Le besoin de comprendre semble avoir peu de poids face à l'émerveillement que peut susciter une nouvelle innovation et les bienfaits attendus.

Notre rapport aux antivirus est aussi assez particulier. Petite parenthèse, je n'ai pas d'antivirus sur mes postes, ce qui ne m'empèche pas de me reposer régulièrement la question de l'intérêt d'en installer un. Je ne me considère pas à l'abri de tous les problèmes sous GNU/Linux mais pour diverses raisons, je m'en passe très bien pour le moment. L'antivirus donc, c'est un peu pour certains la solution miracle à tous les mots de sa machine. Je compare souvent son utilisation à une sorte d'incantation mystique. Ce n'est pas tant du produit en lui même que je parle que des cas d'usages. En cas de doute, généralement quand on ne comprend pas ce qui se passe, on fait un petit scan avec son outil préféré et on trouve, ou non d'ailleurs, un petit truc à éradiquer. C'est visuel, ça parle et ça rassure puis on passe à autre chose. Ce qui me dérange le plus ici, c'est vraiment que l'incantation remplace toute forme de réflexion. Si vraiment on a eu à nettoyer un virus sur une machine, c'est que le mal a déjà été fait et que l'on est dans le palliatif. Un peu de réflexion doit amener à se poser la question de l'origine du problème pour mener des actions préventives (mise à jour régulières du poste, utilisation plus vigilante de sa machine, ...).

Il paraît que les machines ont une volonté propre. C'est souvent lancé par dépit ou sur le ton de l'humour mais de temps à autre, j'en viens à penser que certains le disent sérieusement. J'entends parfois que la machine n'aime pas telle personne ou qu'elle n'en fait qu'à sa tête. C'est assez dur à entendre car on se retrouve de le délire le plus complet où on en arrive à tenter d'expliquer que non, une machine n'aime pas plus (ou ne déteste pas plus) une personne qu'une autre. En fait, elle est complètement insensible et complètement objective. Ça ne l'empêche pas de ne pas faire ce que l'on pense lui avoir demandé mais en définitif, elle ne fait que ce qu'on lui demande et elle se trompe rarement. La nuance est intéressante car il y a parfois un écart important entre ce que l'on pense dire et ce que l'on dit réellement (comme entre deux personnes). L'incompréhension ne vient pas tant du mauvais caractère supposé d'un système que de nos propres difficultés à nous exprimer correctement, de sorte que la machine réussisse à nous comprendre.

Bref, encore une fois, la magie ça n'existe pas. Depuis le temps, on devrait le savoir et pourtant nous sommes incorrigibles, quoi qu'on nous dise, à un moment ou à un autre beaucoup y croient. Dès lors que nous croyons aveuglement pour ainsi dire, nous devenons vulnérables et dépendants car la raison ne guide plus nos actions. L'esprit critique devrait au contraire faire de nous des personnes indépendantes capables de choix éclairés.

Troll : c'est toujours les utilisateurs Linux qui ont des problèmes

Rédigé par -Fred- 6 commentaires

Je me suis pris récemment cette remarque de la part d'une personne : C'est toujours les utilisateurs Linux qui ont des problèmes avec ces fichiers, alors inutile de vous dire ce que je pense de Linux .... Quelques éléments de contexte viennent juste après, histoire de mieux cerner la phrase en question. J'ai d'abord voulu écrire un truc sur le coup mais j'ai préféré attendre un peu pour le faire plus posément. Ça me permet aussi d'élargir un peu ma perspective.

Sans donner trop de détails sur le contexte dans lequel on m'a fait cette remarque (ce n'est pas le propos), disons que je devais ouvrir un fichier vidéo realmedia et que je n'y parvenais pas sous ma Debian. Je me suis donc permis de signaler que le fichier présentait quelques problèmes dans le mesure où normalement, je pouvais ouvrir ce type de fichier avec mon système. Là où ça devenait rigolo, c'est que le fichier avait semble-t-il aussi posé des problèmes à d'autres utilisateurs sous Windows notamment. Pour la petite histoire, le fichier était effectivement tout pourri mais en le convertissant avec mencoder, j'ai tout de même pu le lire complètement (ce que j'avais aussi indiqué à celui qui me l'avait mis à disposition). Manifestement, les autres personnes sous Windows n'ont pas pu le lire complètement, eux...

Bref, ce qui est dur avec une telle remarque balancée comme ça, c'est qu'elle tombe comme une sentence de la part de personnes qui ont arrêté depuis longtemps de se poser des questions. Demander à tout le monde d'ouvrir un fichier à moitié corrompu et dans un format tout pourri, c'est vraiment avoir des œillères et ça montre un réel manque de capacité à se remettre en question.

Plus généralement, lorsqu'on tourne avec un système peu utilisé (en tout cas sur des postes utilisateurs), on doit régulièrement prouver que le problème lorsqu'il arrive ne vient pas de chez nous. Ensuite seulement on peut commencer à prendre l'ensemble des éléments du problème en compte. En soit, cette approche n'est pas déconnante puisque par défaut c'est bien de regarder en priorité la "brique" que l'on connaît le moins. Toutefois, il ne faut pas se tromper et être capable d'admettre que le problème peut aussi trouver son origine dans la brique la plus connue et potentiellement la plus éprouvée.

L'utilisateur GNU/Linux que je suis a donc pris l'habitude depuis longtemps de chercher et de se poser tout un tas de questions pour vérifier le bon fonctionnement de son propre système avant d'oser affirmer que le problème puisse être ailleurs. Les questions en particulier autour des formats de fichiers peuvent parfois encore être un peu pénibles de ce point de vue. Combien de fois en effet on ne se trouve pas embêté par des problèmes liés à un manque d'interopérabilité sur des formats de fichiers de traitement de texte ou entre des suites bureautiques bien connues ? La compréhension de tel ou tel comportement étrange passe par beaucoup de recherche dans la doc ou dans les discussions sur le web, par des phases d'expérimentation et de tests divers. Je ne connaît pas tout et je serai toujours loin de maîtriser à fond telle ou telle autre techno mais je pense que ma démarche est la bonne car je considère que je suis potentiellement la première source d'erreur (et ça se vérifie régulièrement).

On me fera remarquer, à juste titre, que ça demande du temps et que très franchement, la plupart des gens face à un problème ne font ou ne feront pas ça. Il y a tout un tas de bonnes raisons, respectables en plus. Mais, pour tous ceux qui sont dans ce cas là, merci de ne pas désigner de responsable comme ça, au doigt mouillé. Vous ne savez pas, même si vous en êtes intimement convaincus. Vous ne disposez d'aucun élément puisque vous ne les cherchez pas. Vous n'avez peut être même pas pensé que le problème puisse à cet instant précis être situé entre votre chaise et votre clavier. Si vraiment c'est important pour vous de trouver une solution et de comprendre ce qui se passe, il y a toujours de la doc à disposition et des gens prêt à vous aider si bien entendu vous y acceptez d'y mettre du votre. Mais autrement, ayez l'humilité de ne pas accuser quoi que se soit ou qui que se soit car en l'état ça vous dépasse.

Sinon, moi ça va... :D

L'abus de requêtes inter-domaines

Rédigé par -Fred- Aucun commentaire

S'il y a un truc qui me pose problème quand je navigue sur le web, c'est bien les requêtes inter-domaines. Prenez un site quelconque, et regardez la liste des domaines hébergeant les ressources nécessaires à l'affichage d'une page. On peut s'amuser à les compter si on veut (un petit "tcpdump port 53" par exemple est assez instructif). A titre indicatif, se connecter sur www.lemonde.fr nécessite d'effectuer plusieurs dizaines de requêtes DNS, pointant vers presque autant de domaines différents. Histoire de ne pas en accabler un plus qu'un autre, tout en restant dans les journaux en ligne, le constat est identique pour www.mediapart.fr , pour rue89.nouvelobs.com ou pour www.ouest-france.fr.

Sans forcement examiner dans le détail l'ensemble des domaines contactés, dans le lot on voit quand même passer beaucoup de domaines dont on sent bien qu'ils ne sont pas là pour apporter des contenus mais plutôt pour tracer l'activité des visiteurs ou pour afficher de la pub.

J'ai pris l'exemple des journaux en ligne mais bien entendu, ça ne se limite pas à eux (allez voir la page d'accueil de www.marmiton.org pour rigoler). Je constate que c'est plutôt, et de loin, la norme pour les sites un peu gros générant du trafic. Les sites plus confidentiels sont globalement plus propres de ce point de vue. Je me doute bien que les sites en question n'ont pour vocation première de pister leurs visiteurs mais ils font peut être quelque chose de plus grave : globalement ils s'en fichent, tout simplement.

Ce qui est gênant, pour l'internaute que je suis en tout cas, c'est de voir que parmi les sites abusant de ce type de pratiques, on retrouve à peu près toujours les mêmes fournisseurs de services CDN, les mêmes outils d'analyse de trafic, les mêmes régies de pub. Indépendamment c'est sûr rien à signaler car il n'y a pas d'entente à proprement parler entre les gestionnaires des sites en question mais à grande échelle, ils font tous les mêmes choix et créent ainsi, sans vraiment s'en rendre compte, de la centralisation.

Quand on met en place un outil sur son site, on se doit de prendre en compte tout les aspects de l'outil en question. Les gestionnaires de ces sites sont peut être entre l'enclume et le marteau car ils doivent composer avec des contraintes économiques et probablement tout un tas d'autres choses. Pour autant, ils sont les premiers responsables du pistage des internautes car ce sont eux, chacun dans leur coin mais quand même tous ensemble finalement, qui placent la majeure partie des sondes pour le compte des gros silos de données.

C'est principalement pour cette raison que j'utilise le plugin request policy dans firefox. Ça ne résoud pas tout, loin de là mais ça permet de faire un peu le ménage. A l'usage, je dois quand même régulièrement autoriser l'accès à tel ou tel CDN pour voir les contenus sur tel ou tel site. En de rares occasions, je constate même que pour accéder aux contenus de certains sites il faut autoriser l'accès à un grand nombre de domaines depuis tel autre domaine, ce qui est déplaisant car j'ai parfois l'impression que ça ne s'arrête pas.

Histoire d'une migration ratée vers Xubuntu

Rédigé par -Fred- 5 commentaires

Ceci peut ressembler à un billet d'humeur.

A quoi bon se casser la tête à mettre en avant les solutions libres quand de toute manière, l'utilisateur final n'en a que faire. Ceci n'est pas un reproche vis à vis de l'utilisateur final mais bien un constat.

Il y a un plus d'un an, la machine de l'un de mes proches, sous Windows Vista, présentait tout un tas de problèmes, de lenteurs récurrentes, etc... On m'a donc demandé ce qu'il serait possible de faire pour remédier à ces désagréments et le plus simple était une réinstallation complète. L'utilisateur semblait presque prêt à changer de machine s'il le fallait (machine toute jeune, à peine 5 ans ; ce qui peut faire sourire les plus technophiles ;-) ).

Je ne suis pas un franc partisan de la migration forcée sous GNU/Linux mais bon en même temps, la machine n'était à ce que je voyais, que utilisée pour aller sur internet et visualiser/stocker des photos. Comme équipements externes, rien mis à part une imprimante multifonctions et des appareils photo numériques.

S'il y avait eu la moindre application particulière, le moindre appareil ésotérique ou autre chose du même type, je me serait contenté d'une réinstallation du système d'origine. Comme ce n'était pas le cas, j'ai tout de même pris le temps d'expliquer, ce que je proposais, quels étaient les changement attendus et ce qui ne changerait pas.

A ce stade, si vous vous trouvez dans le même cas, qu'après explications la réponse est "On te fait confiance" et que votre interlocuteur ne souhaite de toute façon pas prendre la peine de comprendre ce que vous lui expliquez, arrêtez tout. En effet, vous allez droit dans le mur. Cela est vrai pour plusieurs raisons.

Les besoins ont-ils été bien identifiés ?

L'utilisateur ne sait pas dire ni exprimer ce dont il se sert au quotidien sur sa machine. Consulte-il ses mails via un client lourd ou un webmail ? Il n'en a pas la moindre idée. A-t-il vraiment identifié toutes les petites applications qu'il a l'habitude d'utiliser ? Non, probablement pas, et c'est problématique.

On te fait confiance, mais surtout pour que ce soit comme avant...

L'utilisateur ne souhaite pas changer ses habitudes. C'est ça qu'il a veut dire quand il dit qu'il me fait confiance. Il veut le moins de changements perceptibles, ce qui transforme chaque détail spécifique à l'OS de départ en montagne à abattre dès lors que l'on se trouve dans le nouvel environnement. Essayez d'installer "Freecell", version Vista, sur Xubuntu. Via wine, seule la version XP est disponible. Une petite fenêtre s'ouvrait que vous branchiez votre appareil photo, et vous aviez directement le choix de copier ou déplacer son contenu dans le répertoire de votre choix. Naviguer dans les répertoire et refaire un bon vieux copier/coller vous semble alors être une aberration sans nom.

Maintenant, il y a un SAV.

Voilà ce qui m'a semblé le plus dur : la machine était depuis longtemps hors garantie et n'était suivie par personne. Elle a donc vivoté comme ça bon gré, mal gré, et ce durant plusieurs années. Elle ne fonctionnait pas bien mais puisque c'était avec le système préinstallé, il n'y avait pas grand chose à faire. Le système préinstallé donne l'impression d'avoir été choisi en connaissance de cause donc quand ça plante, on se trouve un peu face à nos propres choix et on assume plus facilement de faire avec.

A compter du jour où j'ai mis les mains dedans et où j'ai changé d'OS, je suis devenu le technicien qui doit veiller au bon fonctionnement de la machine et à qui on commence à demander de faire rentrer un rond dans un carré. Puisque j'ai proposé une solution autre, je suis devenu celui qui doit défendre la dite solution et qui doit trouver une solution quand un truc ne fait pas ce que l'on s'attend à ce qu'il fasse. J'ai réintroduit sans le vouloir une espèce de relation client/prestataire avec un contrat de maintenant GOLD.

Et maintenant ?

J'ai compris trop tard mon erreur et on ne m'y reprendra pas. Pour autant, la machine fonctionne parfaitement, est stable et ne présente plus les défauts qui lui étaient reprochés. Les gros problèmes sont soldés mais les différences perceptibles à l'usage sont elles même perçues comme de nouveaux problèmes et ce qui me semblait être de l'ordre du détail s'est en fait avéré capital à l'usage. Cela est hautement subjectif mais c'est ce qui compte en définitive.

Je vais donc repasser la machine sous Windows, déçu, forcement, mais aussi en me disant que c'est encore la solution la plus appropriée. Je considère que j'ai même trop attendu car la solution que j'avais proposé était mal vécue par mes proches.

Fil RSS des articles de ce mot clé